Révéler et optimiser le potentiel des lieux avec le Feng Shui traditionnel chinois

Qu’est-ce que c’est ?

Toutes les civilisations se sont dotées de méthodes pour décoder l’impact des lieux, afin d’en tirer le meilleur parti.

Parmi ces méthodes, la Chine millénaire a formalisé un ensemble de bonnes pratiques, connues sous le nom « Feng Shui ». Ces méthodes ont émergé il y a plusieurs millénaires et ont constamment évolué depuis. Car la pensée chinoise classique lui apporte ses caractéristiques :

  • Une pensée en mouvement : rien n’est jamais figé, d’où la multiplicité des formes de feng Shui … Et la solution est souvent du côté du mouvement car le mouvement c’est la vie !
  • Une pensée pragmatique
    • si une méthode est utile et efficace, elle perdure. Et cela, même si les bases théoriques et scientifiques manquent et ne permettent ni d’expliquer ni de modéliser l’efficacité de cette méthode.  C’est une différence majeure avec notre pensée occidentale, pour laquelle s’il n’y a pas d’explication théorique, de modèle, la chose est niée
    • Dans le cas contraire, elle est abandonnée.

 

 

Le Feng Shui traditionnel : aligner les formes et le potentiel du lieu, dans un esprit de résolution de problème

Le feng shui traditionnel allie école des formes et école de la boussole

L’école des Formes : observation du paysage environnant (montagnes et cours d’eau, immeubles et routes, sources de perturbation…), analyse des espaces en qualifiant les couleurs / matériaux / motifs… (théorie des 5 éléments) et le type d’activité (dosage Yin-Yang)

Ecole de la boussole : à partir de la date de construction du lieu et de son orientation dans l’espace, il est possible de calculer la carte énergétique du lieu et de diagnostiquer son potentiel : 216 cartes énergétiques possibles !

La carte énergétique représente le potentiel du lieu, les formes viennent incarner –ou non – ce potentiel, d’où résulte (aussi en fonction de la trame énergétique des personnes) l’impact du lieu (scénario de fonctionnement probable).

L’objet de l’étude Feng Shui est :

  1. D’identifier la problématique (= le vécu dans le lieu, les symptômes, les projets…),
  2. de discerner ce qui résonne dans le lieu (Carte énergétique + formes) avec cette problématique, qui pourrait la nourrir
  3. Puis de modifier les formes afin de corriger ce qui peut l’être

La construction du lieu est un moment parfait pour faire cette étude, car selon l’orientation donnée au bâtiment, la carte énergétique peut être modifiée !

 

Le Feng Shui fait partie de la Médecine Traditionnelle Chinoise

La MTC est connue pour l’acupuncture, mais elle est plus large que cela : elle inclut

  • La diététique
  • La mise en mouvement (Qi Gong, Tai Chi Chuan)
  • Le massage (Tuina)
  • L’acupuncture et ses différentes versions (ventouses, moxibustion, digipuncture…)
  • La pharmacopée
  • Et la médecine de l’habitat, avec le Feng Shui.

Hippocrate ne disait pas autre chose…

Les principes de cette médecine sont les suivants :

  • Une médecine holistique : corps, esprit, émotions, sont liés : par exemple, le fait de se mettre souvent en colère n’est pas vu comme un trait de caractère mais comme source d’un déséquilibre qui se porte sur le foie : l’émotion est vue comme la résultante de déséquilibres, et donc comme un symptôme. La difficulté à se concentrer n’est pas forcément un manque de compétence, mais le symptôme d’un affaiblissement du sang, le sang étant l’ancrage de l’esprit, etc…
  • Une médecine préventive : le but est de maintenir la bonne santé, en repérant les signaux faibles de la rupture d’équilibre qui, si on laisse la situation évoluer, conduirait à la maladie. Ainsi, le médecin de l’empereur était rémunéré tant que celui-ci était en bonne santé, et n’était plus payé quand celui-ci était malade !
  • Une médecine qui parle de flux, de courants invisibles : les méridiens d’acupuncture dans le corps, les flux, les « veines du dragon », les lignes de force du lieu, en Feng Shui.

 

A quels besoins répond le Feng Shui ?

C’est parce que j’étais interpellée par mes ressentis en entrant dans un lieu que  j’ai commencé à m’intéresser au Feng Shui … mais aujourd’hui, je sais que ces ressentis ne sont pas liés au Feng Shui ! Ils sont plutôt liés à des phénomènes telluriques, à des mémoires des lieux ou autres pollutions d’ordre spirituel, qui sont plus du ressort de la géobiologie ou des ondes de formes, comme l’illustre cet exemple.

Le Feng Shui est une méthode très rationnelle, rigoureuse, elle ne doit pas grand-chose au ressenti ou à l’intuition. Entrer dans un lieu est dire « Mmm… il y a un bon feng shui ici ! » n’a pas de sens.

Un lieu a un impact sur 2 grands champs de nos vies :

Le Feng Shui est l’art du placement (de la maison sur son terrain, des portes, des fenêtres, des murs, des activités, …) et son impact se traduit par des synchronicités : la survenue d’un événement juste après un changement dans l’espace, même si le lien de cause à effet n’est pas identifiable . Par exemple : je fais bouger un canapé, la personne reçoit 500 euros l’après midi même ! Ou encore, un jeune couple qui n’arrivait pas à trouver un nouvel appartement, pour qui la situation se débloque juste après mon intervention !

Autrement dit, le Feng Shui est l’art de provoquer ce que nous nommons la chance, ou le hasard. Se placer dans tel endroit, dans telle direction, … permet que les activités soient plus fluides, la concentration meilleure, l’impact plus opportun… et l’objectif plus facile à atteindre !

Bien plus qu’une technique de décoration, c’est une technique de longévité, de santé et de développement personnel !

 

Feng Shui traditionnel vs Feng Shui « occidentalisé »

Pratiquer le Feng Shui traditionnel est un métier : comme le médecin, cela suppose des connaissances théoriques, de la pratique, et comme le médecin, c’est loin d’être anodin.

Certains pensent parfois que la lecture d’un livre ou un stage de 3 jours suffit à maîtriser ce métier. C’est loin d’être le cas.

Pour cette raison, des formes simplifiées, sont souvent proposées … Avec des arguments « imparables » comme :

  • « l’impact est le même ! »
  • « Le Feng Shui c’est pour les chinois, or nous ne sommes pas en Chine ! »

 

Comment est né le Feng Shui occidental ?

Si ces idées reçues existent, c’est en grande partie le résultat d’un « genre » de Feng Shui apparu dans les années 70/80 : le Feng Shui « occidentale » – voir même « purifiés » !

Le Feng Shui classique chinois est un art qui peut sembler bien compliqué, et certains principes reposent sur des notions inhabituelles pour les mentalités des Occidentaux.

D’où le développement du Feng Shui occidental qui leur serait plus simple, plus facile d’accès et mieux adapté à leur façon de penser.

Malheureusement, cette tentative de plaire au mental occidental a réduit ce Feng Shui occidental à un simple art de la décoration pour la plupart de gens.

L’envie de simplifier les choses a conduit à l’utilisation d’objets dits « Feng Shui » pour apporter comme par magie le bonheur et la richesse, et à délaisser bon nombre des principes du Feng Shui traditionnel. La recherche de recettes simples et d’effet « baguette magique » sont la base de ce mode de Feng shui…. Sans travailler sur nous-même, nos postures, notre alignement personnel entre nos objectifs et qui nous sommes vraiment !

Pour moi, dire « Le Feng Shui c’est pour les chinois, or nous ne sommes pas en Chine ! », c’est comme prétendre que la loi de la gravité universelle s’applique différemment en Occident et en Chine !

Le Feng Shui s’appuie sur des lois naturelles, ce sont les lois du pas de deux entre le Ciel et de la Terre… Elles sont les mêmes en tout point de la planète, et il est d’ailleurs remarquable que d’autres techniques ancestrales (comme le  Vastu Shastra en Inde  ou l’Asta Kosala Kosali à Bali) reposent sur des principes proches : choix du terrain, orientation, proportion, gestion des flux, des matériaux …

 

Est-ce qu’il y a des objets Feng Shui ?

Aucun objet n’est en soit « Feng Shui » ! Sinon, ce sont des amulettes, support de superstition.

Les objets s’analysent en fonction de plusieurs critères :

  • Sont-ils utiles, pratiques, beaux ?
  • Evoquent-ils de bons souvenirs ?
  • Quelle est leur forme, leur matière, leur couleur, leur masse ?

En fonction de ces caractéristiques ils seront conservés ou non, puis placés au bon endroit (selon leur usage et la carte énergétique). En effet, en fonction de leur matière, de leur forme, de leur couleur, ils sont formé d’un mélange des 5 éléments, et viennent ainsi incarner -ou pas – la carte énergétique, potentiel du lieu

 

Une intervention réussie est une intervention dont seuls les effets sont perceptibles, sans que les remèdes ne le soient.

 

Le Feng Shui des jardins

Par nature et par définition, le Feng Shui traditionnel envisage la maison ou le bâtiment en lien avec son environnement extérieur. Il est donc logique d’intégrer le jardin dans l’étude feng shui :

  • comment accède-t-on à la maison ? en ligne droite, en courbe ? cela ne correspond pas à la même énergie…
  • comment la maison est-elle baignée par le Qi extérieur ? est-ce le bon dosage ? comment mieux doser ce flux ?

 

Dans le Feng Shui traditionnel, la carte énergétique du jardin est la prolongation de la carte énergétique générée par la maison. C’est ainsi que le Feng Shui traditionnel ne distingue pas le Feng Shui du Jardin du Feng Shui de la maison.

Ainsi, l’analyse de cette carte doit permettre de placer les fonctionnalités diverses du jardin : où placer le barbecue ? la balançoire et les jeux des enfants ? une piscine ou une pièce d’eau avec des poissons ? le potager ? où s’installer pour déjeuner, pour lire ou faire la sieste ?

Grâce à la « théorie des 5 éléments », le décryptage de la carte énergétique permet aussi de choisir le type de mobilier, la « déco » : en bois massif ? en plastique léger, coloré et lumineux ? en métal ?

Enfin, le type de plantes, leur couleur, leur forme, peut également être affiné grâce à cette même « théorie des 5 éléments » : le buis taillé en boule est certes du Bois, mais c’est aussi un peu plus du Métal que le même buis taillé en cône… Le hêtre pourpre est certes du Bois, mais il est aussi un peu plus Feu qu’un hêtre classique…

L’emplacement des sujets importants doit aussi être envisagé, grâce aux Tracés Régulateurs et à la Géobiologie, de sorte à réguler l’onde de forme du bâtiment : arbres, terrasses, appentis, piscines… ne devraient pas être placés sans tenir compte de ces techniques !

 

Conseil pratique : placez-vous dans vos directions favorables

Faut-il toujours dormir la tête au Nord ?

Le Feng Shui traditionnel Chinois permet de déterminer, pour chacun d’entre nous, les directions qui sont favorables, en fonction de l’activité.

Comment procéder ?

En fonction de votre année de naissance, vous pouvez déterminer votre chiffre « Gua » de naissance :

Ici, on se réfère à un calendrier différent de notre calendrier civil occidental. Le changement d’année se situe entre le 3 et le 5 février.

Plusieurs cas sont donc à considérer :

  • la personne est née à partir du 6 février inclus : c’est bien l’année qui est à prendre en compte ; par exemple, une personne née le 15 mars 2005 : on prend 2005.
  • la personne est née entre le 1er janvier et le 2 février inclus : c’est l’année précédente qui sert de référence ; par exemple, une personne née le 03 janvier 1995 : on prend  1994.
  • la personne est née entre le 3 et le 5 février inclus : il convient de se référer au tableau ci-dessous, qui précise le jour et l’heure du changement d’année.

On se réfère ensuite au tableau suivant : les hommes chercheront leur Gua en se référant à la ligne en haut, les femmes, à la ligne d’en bas.

 

 

Une fois déterminé votre Gua de naissance, vous pouvez déterminer les 4 directions favorables (F) et les 4 directions défavorables (D) qui vous conviennent, selon le tableau suivant :

 

 

Mode d’emploi des directions ainsi obtenues :

Plus vous passerez du temps dans vos directions favorables, plus vous économiserez votre énergie ! Inversement, passer du temps dans des directions défavorables est source de fatigue. Ainsi, repérez dans quelles directions vous dormez, vous travaillez, vous mangez, vous préparez le repas… bref, dans quelles directions vous passez du temps. Essayez de vous placer, dès que possible, dans une direction bénéfique ; rappelez-vous qu’il n’y a pas de petit gain !

Cependant, chaque direction a sa spécialité :

  • si vous avez besoin de stimuler votre créativité, vous aurez tout intérêt à vous installer  face à la direction F1. C’est aussi la meilleure direction si vous avez des problèmes de fertilité !
  • si vous avez besoin de concentration, c’est la direction F3 qu’il vous faut privilégier.
  • Si vous faites face à une situation dont vous ne maîtrisez pas tous les tenants et aboutissants (typiquement, une réunion à laquelle vous participez), faites face à la direction F4.
  • Pour vous ressourcer, asseyez-vous face à la direction F2, que les chinois dénomment « médecin céleste ». Dans l’idéal, dormez avec la tête dans cette direction. C’est la meilleure direction pour le sommeil et si vous êtes en convalescence !

Les directions D sont défavorables et sont à éviter autant que possible. Dans le tableau ci-dessus, elles sont classées de la moins problématique à la plus problématique. D2 et D1 sont vraiment à éviter.

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

COMMENTAIRES

  • 21 août 2020
    répondre

    Nathalie

    Bonjour Isabelle,

    D’abord merci pour ces informations claires et passionnantes.
    Petite question : lorsque vous dîtes : dormez la tête DANS cette direction, (mon chiffre Gua est le 1), dois-je comprendre que je positionne ma tête face à f2 ou à l’inverse, dos à f2 ? Merci d’avance.
    Très cordialement,
    Nathalie

    • 21 août 2020
      répondre

      Isabelle

      Merci Nathalie !
      Il s’agit bien de la direction vers laquelle pointe le sommet de votre tête lorsque vous êtes allongée.
      Pour les positions assises ou debout, on parle de la direction que regarde votre visage.
      A bientôt !

Ajouter un commentaire